Philippe Jasmin lance un nouveau court-métrage

Philippe Jasmin, originaire de la Marne, vient d’annoncer la sortie de son nouveau court-métrage. Dans une réalisation de genre, il mêle fiction, travail sur la langue et engagement. L’artiste se confie.

Philippe Jasmin

Philippe Jasmin, originaire de la Marne, a annoncé le lancement d’un nouveau court-métrage, « Langue de bois ». L’histoire relate l’avenir d’une entreprise lors du discours d’un patron à ses employés … quand il est soudainement pris d’une toux persistante. Avec un troisième film court, le cinéaste dépeint le monde du capitalisme sous un comique de situation. Après « Ego-Light » et « L’ambre et la lumière », il mêle fiction, travail sur langue et engagement dans une réalisation de genre. Entretien.

Comment votre passion pour le cinéma est-elle née ?

Philippe Jasmin (Ph.J) : J’ai la chance d’avoir été initié au cinéma très jeune par ma mère. J’habitais dans un petit village à la campagne à 40 km des salles obscures mais nous allions voir des films le mercredi et le week-end au moins deux fois par mois. À 17 ans, j’ai acheté une caméra super 8 et un banc de montage avec mes premières économies et j’ai fait quelques films de vacances mais à cette époque j’étais surtout attiré par la musique. J’ai enregistré mes premières chansons à 20 ans et commencé à enregistrer des artistes locaux dans mon premier home-studio : un 8 piste à bande ! Ensuite, j’ai réalisé des albums autoproduits en tant que musicien compositeur-arrangeur. Vingt-cinq ans plus tard, de plus en plus attiré par la musique de film, j’essayais de placer mes compositions mais je n’avais pas de réseau. Mon fils (Guillaume JASMIN) avait fait un court métrage pendant son cursus universitaire. Lorsqu’il m’a expliqué qu’on pouvait tourner un film avec un appareil photo je me suis dit : « Si je fais le film moi-même, je pourrais signer la musique ». C’est comme ça que j’ai commencé à écrire le scénario de C412, mon premier film, en 2012, à 45 ans ! Il a obtenu neuf sélections internationales alors depuis je continue.

Philippe Jasmin Langue de bois

Pourquoi avez-vous choisi de réaliser un film centré sur le monde de l’entreprise, avec « Langue de bois » ?

Ph.J : « Langue de bois » est avant tout une fiction, c’est un très court métrage (4 min 30) qui vient de sortir. Il est basé sur une idée très simple et décalée. Ça parle plus du capitalisme mondial débridé que du monde de l’entreprise. Evidemment, il y a une bonne dose d’humour noir et de cynisme ce qui fait déjà dire à certains que c’est un film engagé : tant pis, j’assume.

Entre « Ego light » et « L’ambre et la lumière », vous produisez des courts-métrages autour de sujets de société. En quoi est-ce important pour vous ?

Ph.J : Je ne pense pas que ces films abordent des sujets de société que je trouve souvent volubiles et largement fabriqués par les médias. J’aime raconter des histoires en essayant de saisir la nature humaine dans sa complexité, avec ses failles et ses contradictions : « L’ambre et la lumière », mon deuxième court métrage sorti en 2014, est l’histoire d’une rupture sur fond de lutte sociale mais il n’y a pas de message et surtout pas de morale, à part peut-être « méfiez-vous des apparences ». « Ego light » est très différent. Encore une fois c’est la nature humaine que j’ai essayé de cerner : L’Ego est important pour qu’un artiste réussisse mais à partir de quel degré cela devient-il un handicap pour lui ? J’essaye de contrôler le mien et j’ai remarqué que ceux qui en avaient beaucoup progressaient peu car ils savent ou pensent savoir et ne cherchent plus. J’ai donc imaginé ce thriller théâtral où l’acteur doit rester dans la lumière pour survivre. J’assume complètement la fiction et l’écriture et je crois que si je voulais vraiment mettre un sujet de société au centre du film, je ferais un documentaire, pour ne pas le trahir. Le cinéma réaliste ne m’intéresse pas, même si j’aime regarder un film des frères Dardennes ou un Ken Loach. Je préfère un Kubrick qui disait souvent « C’est réaliste, oui, mais ce n’est pas très intéressant ».

Philippe Jasmin Ego Light

Par les titres même de vos réalisations, vous jouez sur le langage, les mots et leurs sens. Est-ce un symbole propre à vos court-métrages, un message engagé ?

Ph.J : Je suis très attaché au langage. Contrairement à Godard, je pense qu’un film doit être écrit, et si possible bien écrit. Il faut que ça sonne, qu’il y ait une harmonie. Je n’ai rien contre l’improvisation mais c’est comme en musique : si t’es un jazzman vas-y, sinon tu joues la partition. J’aime les dialogues de Michel Audiard, Dupontel, Bertrand Blier, etc. Les mots créent des images fortes, de la réalité augmentée et du sens autant que la caméra. Qu’est-ce qui nous reste d’un bon film souvent ? Quelques bonnes phrases et des plans réussis.

Avez-vous d’autres projets, par la suite ?

Ph.J : Je termine tranquillement la musique d’ « Ego-Light » et ensuite je vais m’accorder une période de « jachère ». J’aimerais réaliser un long métrage historique sur un philosophe méconnu qui me fascine mais cela demandera beaucoup de budget et donc un producteur riche ! Je compte donc sur mes deux derniers films (« Langue de bois » et « Ego Light ») pour m’apporter de la crédibilité avec des sélections !

Aldric Warnet

Un rôle pour Philippe Devilliers dans un court-métrage du cinéaste, et une publicité : Le figurant de « The Farewell Gift » et, récemment, « Chocolat » (avec Omar Sy) a participé au tournage du film de Philippe Jasmin, « Ego Light ». Il y interprète un garde du corps. Sortie prévue pour Janvier 2016. Philippe Devilliers a également tourné dans une publicité pour une marque de cosmétique. Réalisé par Christophe Courtine et le média Access Tv, le spot sera diffusée le 5 octobre prochain.

Philippe Jasmin lance un nouveau court-métrage est aussi sur Facebook

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s